La composition des injections Covid-19

Liens officiels – compendium Suisse

Comirnaty® Pfizer-BioNTech – dès 12 ans

La composition à base d'ARN messager

consulter

Comirnaty® Pfizer-BioNTech – dès 5 ans

La composition à base d'ARN messager

consulter

Spikevax® Moderna – dès 12 ans

La composition à base d'ARN messager

consulter

Janssen Ad26.COV2-S – dès 18 ans

La composition à base d'ADN génétiquement modifié

consulter

Nuvaxovid® Novavax – dès 18 ans

Un vaccin à protéines (OGM) renfermant un élément constitutif non infectieux de la surface du virus et contient par ailleurs un adjuvant breveté Matrix-M™.

consulter

Swissmedic – Point sur les autorisations

La liste des autorisations à durée limitée pour les 'vaccins' et les médicaments contre le Covid-19.

consulter

COMIRNATY® de Pfizer-BioNTech
dès 12 ans (couvercle violet)

Autorisée (à durée limitée) en Suisse par Swissmedic :
dès 16 ans : 19 décembre 2020
dès 12 ans : 4 juin 2021
Booster dès 16 ans : 23 novembre 2021


Nouveaux principes actifs

Vaccin à ARNm (à nucléoside modifié : N1-methyl-pseudouridine)
Tozinameranum « BNT162b2 » 30 mcg d’ARNm par dose.
(ARNm simple brin à coiffe en 5’, produit à l’aide d’une transcription in vitro sans cellule à partir des matrices d’ADN correspondantes, codant pour la protéine Spike (S) virale du SARS-CoV-2.
Une dose (0.3 ml) contient 30 µg de vaccin à ARNm contre la COVID-19 (encapsulé dans des nanoparticules lipidiques, voir « excipients » ci-dessous).

Excipients

ALC-0315 (= [(4-hydroxybutyl)azanediyl]bis(hexane-6,1-diyl)bis(2-hexyldécanoate)),

ALC-0159 (= 2-[(polyéthylène glycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide),

DSPC (= stéarate de colfoscéril),

cholestérol,

chlorure de potassium,

0.005 mg par dose dihydrogénophosphate de potassium,

0.003 mg par dose chlorure de sodium,

0.141 mg par dose phosphate disodique dihydraté,

0.017 mg par dose saccharose, eau pour préparations injectables.

Quantité de sodium par dose: 0.16 mg.

Quantité de potassium par dose: 0.01 mg.

Dispersion à diluer injectable (dispersion stérile), par voie intramusculaire.
Le vaccin est une dispersion congelée (pH: 6.9 à 7.9) de couleur blanche à blanc cassé.
Il se présente sous la forme d’un flacon multidose. La dispersion doit être diluée avant utilisation.

Un flacon (0.45 ml) contient jusqu’à 6 doses de 0.3 ml après dilution.

BNT162b2 est fabriquée par transcription in vitro à l’aide d’un modèle d’ADN linéaire, produit par l’ADN plasmidique (pST4-1525) à partir de cellules d’Escherichia coli DH10B transformées.


Essais cliniques

https://ClinicalTrials.gov/show/NCT04368728
A PHASE 1/2/3, PLACEBO-CONTROLLED, RANDOMIZED, OBSERVER-BLIND, DOSE-FINDING STUDY TO EVALUATE THE SAFETY, TOLERABILITY, IMMUNOGENICITY, AND EFFICACY OF SARS-COV-2 RNA VACCINE CANDIDATES AGAINST COVID-19 IN HEALTHY INDIVIDUALS.
Start date: 29 April 2020
Initial End Date: 31 January 2023
New End date: 08 February 2024 !!

C'est le 4ème fois que Pfizer-BioNTech prolonge la date du fin de l'étude, qui était initialement prévue d'être terminée en janvier 2023, et tout dernièrement en mai 2023.


Données précliniques

Les données non cliniques ne révèlent aucun danger particulier pour l'être humain sur la base des études conventionnelles de toxicité par doses répétées et de toxicité pour la reproduction et le développement.

Toxicité générale

Les rats ayant reçu Comirnaty par voie intramusculaire (3 doses humaines complètes une fois par semaine conduisant à des niveaux d'exposition plus élevés chez le rat du fait des différences de poids corporel) ont montré des œdèmes et des érythèmes légers au site d'injection, des grossissements des ganglions locaux et de la rate, ainsi que des augmentations des leucocytes (y compris des basophiles et des éosinophiles) concordant avec une réponse inflammatoire ainsi qu'une vacuolisation des hépatocytes portaux sans indice d'une atteinte hépatique. Tous les effets étaient réversibles.

Génotoxicité/carcinogénicité

Aucune étude de génotoxicité ni de carcinogénicité n'a été menée. Aucun potentiel génotoxique n'est attendu de la part des composants du vaccin (lipides et ARNm).

Toxicité sur la reproduction et le développement

La toxicité sur la reproduction et le développement a été étudiée chez des rats dans une étude de toxicologie combinée sur la fertilité et le développement durant laquelle des rates ont reçu des injections intramusculaires de Comirnaty avant l'accouplement et pendant la gestation (administration de 4 doses humaines complètes induisant des niveaux d'exposition plus élevés chez le rat du fait des différences de poids corporel, s'étalant depuis le jour 21 avant l'accouplement jusqu'au jour 20 de la gestation). Des réponses en anticorps neutralisants dirigés contre le SARS-CoV-2 étaient présentes chez les mères avant l'accouplement et jusqu'à la fin de l'étude, au jour 21 post-natal, et également chez les fœtus et chez la progéniture. Aucun effet lié au vaccin sur la fertilité des femelles, la grossesse ou le développement embryo-fœtal ou de la progéniture n'a été constaté. Il n'y a pas de donnée disponible concernant le transfert placentaire du vaccin Comirnaty ou son excrétion dans le lait maternel.

COMIRNATY® de Pfizer-BioNTech
dès 5 ans (couvercle orange)

Autorisée (à durée limitée) en Suisse par Swissmedic :
de 5 à 11 ans : 10 décembre 2021


Nouveaux principes actifs

Vaccin à ARNm (à nucléoside modifié : N1-methyl-pseudouridine)
Tozinameranum « BNT162b2 » 10 mcg d’ARNm par dose.
(ARNm simple brin à coiffe en 5’, produit à l’aide d’une transcription in vitro sans cellule à partir des matrices d’ADN correspondantes, codant pour la protéine Spike (S) virale du SARS-CoV-2.
Une dose (0.2 ml) contient 10 µg de vaccin à ARNm contre la COVID-19 (encapsulé dans des nanoparticules lipidiques, voir « excipients » ci-dessous).

Excipients

ALC-0315 (= [(4-hydroxybutyl)azanediyl]bis(hexane-6,1-diyl)bis(2-hexyldécanoate)),

ALC-0159 (= 2-[(polyéthylène glycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide),

DSPC (= stéarate de colfoscéril),

cholestérol,

chlorure de potassium, 

Trométamol 

Chlorhydrate de trométamol

0.017 mg par dose saccharose, eau pour préparations injectables.

Quantité de sodium par dose: 0.16 mg.

Quantité de potassium par dose: 0.01 mg

Dispersion à diluer injectable (dispersion stérile), par voie intramusculaire.
Le vaccin est une dispersion congelée (pH: 6.9 à 7.9) de couleur blanche à blanc cassé.
Il se présente sous la forme d’un flacon multidose. La dispersion doit être diluée avant utilisation.

Un flacon (0.45 ml) contient jusqu’à 6 doses de 0.3 ml après dilution.

BNT162b2 est fabriquée par transcription in vitro à l’aide d’un modèle d’ADN linéaire, produit par l’ADN plasmidique (pST4-1525) à partir de cellules d’Escherichia coli DH10B transformées.


Essais cliniques

https://ClinicalTrials.gov/show/NCT04816643
A PHASE 1/2/3 STUDY TO EVALUATE THE SAFETY, TOLERABILITY, AND IMMUNOGENICITY OF AN RNA VACCINE CANDIDATE AGAINST COVID-19 IN HEALTHY CHILDREN AND YOUNG ADULTS (from 6 months to 18 years old)
Start date: 15 March 2021
Initial End date: 5 May 2026 
New End date: 14 June 2024


Données précliniques

Les données non cliniques ne révèlent aucun danger particulier pour l'être humain sur la base des études conventionnelles de toxicité par doses répétées et de toxicité pour la reproduction et le développement.

Toxicité générale

Les rats ayant reçu Comirnaty par voie intramusculaire (3 doses humaines complètes une fois par semaine conduisant à des niveaux d'exposition plus élevés chez le rat du fait des différences de poids corporel) ont montré des œdèmes et des érythèmes légers au site d'injection, des grossissements des ganglions locaux et de la rate, ainsi que des augmentations des leucocytes (y compris des basophiles et des éosinophiles) concordant avec une réponse inflammatoire ainsi qu'une vacuolisation des hépatocytes portaux sans indice d'une atteinte hépatique. Tous les effets étaient réversibles.

Génotoxicité/carcinogénicité

Aucune étude de génotoxicité ni de carcinogénicité n'a été menée. Aucun potentiel génotoxique n'est attendu de la part des composants du vaccin (lipides et ARNm).

Toxicité sur la reproduction et le développement

La toxicité sur la reproduction et le développement a été étudiée chez des rats dans une étude de toxicologie combinée sur la fertilité et le développement durant laquelle des rates ont reçu des injections intramusculaires de Comirnaty avant l'accouplement et pendant la gestation (administration de 4 doses humaines complètes induisant des niveaux d'exposition plus élevés chez le rat du fait des différences de poids corporel, s'étalant depuis le jour 21 avant l'accouplement jusqu'au jour 20 de la gestation). Des réponses en anticorps neutralisants dirigés contre le SARS-CoV-2 étaient présentes chez les mères avant l'accouplement et jusqu'à la fin de l'étude, au jour 21 post-natal, et également chez les fœtus et chez la progéniture. Aucun effet lié au vaccin sur la fertilité des femelles, la grossesse ou le développement embryo-fœtal ou de la progéniture n'a été constaté. Il n'y a pas de donnée disponible concernant le transfert placentaire du vaccin Comirnaty ou son excrétion dans le lait maternel.

SPIKEVAX® de Moderna
dès 12 ans 

Autorisée (à durée limitée) en Suisse par Swissmedic :
dès 18 ans : 12 janvier 2021
dès 12 ans : 9 août 2021
Booster dès 18 ans : 26 novembre 2021


Nouveaux principes actifs

Vaccin à ARNm (à nucléoside modifié : N1-methyl-pseudouridine)
100 mcg d’ARNm (mARN-1273) par dose.

Dose (0,5 ml) de la primovaccination contient 100 μg d’ARN messager (ARNm)

Une dose (0,25 ml) de rappel contient 50 μg d’ARN messager (ARNm) ARNm simple brin   coiffe en 5’ produit au moyen d’une transcription in vitro acellulaire partir de l’ADN parent correspondant codant pour la protéine du spicule viral (S) du SARS-CoV-2.
L’ARNm est incorporé dans des nanoparticules lipidiques.

Excipients

Lipide SM-102 

DSPC (1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine ,

PEG2000-DMG = 1,2-dimyristoyl-rac-glycéro-3-méthylpolyoxyéthyléne,

Trométamol : 0,31 mg

Chlorhydrate de trométamol : 1,18 mg

Acide acétique : 0,043 mg

Acétate de sodium trihydraté : 0,12 mg

Saccharose : 43,5 mg

Eau pour préparation injectables

Teneur totale en lipides : 1,93 mg

Quantité de sodium par dose de 0,5ml : 0,033 mg

Dispersion à diluer injectable (dispersion stérile), par voie intramusculaire.
Le vaccin est une dispersion congelée (pH: 7.0 à 8.0) de couleur blanche à blanc cassé.

Un maximum de 10 doses de 0,5 ml (pour le primovaccination) ou un maximum de 20 doses de 0,25 ml (pour le rappel) peut être pr levé de chaque flacon.


Essais cliniques

https://ClinicalTrials.gov/show/NCT04470427
A PHASE 3, RANDOMIZED, STRATIFIED, OBSERVER-BLIND, PLACEBO-CONTROLLED STUDY TO EVALUATE THE EFFICACY, SAFETY, AND IMMUNOGENICITY OF MRNA-1273 SARS-COV-2 VACCINE IN ADULTS AGED 18 YEARS AND OLDER
Start date: 14 July 2020
End date: 27 October 2022


Données précliniques

La cancérogénicité de Spikevax et son effet sur la fertilité masculine n’ont pas été évalués chez l’animal. Étant donné que le Spikevax s’administre à court terme, il n’est pas nécessaire d’effectuer des études à long terme chez l’animal afin d’en évaluer le potentiel cancérogène.

 

Toxicologie animale

L’administration intramusculaire de Spikevax (ou d’autres vaccins à ARNm expérimentaux de Moderna) au rat, à la même formulation, jusqu’à 4 doses de 9 à 150 μg toutes les 2 semaines, a entraîné des érythèmes et œdèmes transitoires au point d’injection, des augmentations de la température corporelle et une réponse inflammatoire systémique généralisée. Des modifications transitoires et réversibles des tests de laboratoire (dont des augmentations des éosinophiles, du temps de céphaline activée et du fibrinogène) ont été observées. Une vacuolisation transitoire des hépatocytes et/ou une hypertrophie des cellules de Kupffer ont été observées, souvent sans élévation des enzymes hépatiques, et sont considérées comme une conséquence de la réponse inflammatoire systémique. En général, tous ces changements se sont résolus dans les 2 semaines.

 

Mutagenèse

Le SM-102, un composant lipidique propriétaire de Spikevax, n’est pas génotoxique selon le test de mutagénicité bactérienne et l’essai d’aberration chromosomique des lymphocytes du sang périphérique humain. Deux tests de micronoyau in vivo intraveineux ont été effectués avec des thérapies à ARNm en utilisant la même formulation à nanoparticules lipidiques (NPL) que le Spikevax. Les résultats équivoques observés à des concentrations systémiques élevées sont probablement dus à la formation de micronoyaux suite à une température corporelle élevée causée par la réponse inflammatoire systémique provoquée par les NPL. Le risque génotoxique pour les humains est considéré comme faible en raison de l’exposition systémique minimale suivant l’administration intramusculaire, la durée limitée de l’exposition et les résultats in vitro négatifs.

Toxicité sur la reproduction

Dans une étude de toxicité développementale, 0,2 ml d’une formulation vaccinale contenant la même quantité d’ARNm (100 microgrammes) et d’autres ingrédients inclus dans une dose unique de Spikevax chez l’homme a été administré à des rates, par voie intramusculaire, à quatre reprises: 28 et 14 jours avant l’accouplement, et aux jours 1 et 13 de gestation. Des réponses des anticorps anti-SARS-CoV-2 ont été observées chez les mères avant l’accouplement jusqu’à la fin de l’étude au jour 21 de l’allaitement, ainsi que chez les fœtus et la progéniture. Il n’y a eu aucun effet indésirable sur la fertilité des rates, la gestation, le développement embryo-fœtal ou postnatal de la progéniture. Aucune donnée n’est disponible sur le transfert placentaire ou l’excrétion dans le lait du vaccin mRNA1273.

Données pharmacologiques et d’efficacité chez l’animal

Des évaluations de pharmacologie non cliniques en modèle animal ont été effectuées sur des souris de type sauvage juvéniles et adultes (souches Balb/c, C57/BL6 et C4B6), des hamsters dorés et des primates non humains (macaques rhésus, PNH) afin de tester l’immunogénicité de Spikevax et la protection contre la provocation virale du SARS-CoV-2. Ces études précliniques ont démontré que le Spikevax était toléré et immunogène, qu’il protégeait les animaux vaccinés contre la réplication virale dans le nez et les voies respiratoires inférieures après provocation virale, à des doses aussi faibles que 1 μg chez les souris et les hamsters et 30 μg chez les PNH, et qu’il n’a pas induit de maladie respiratoire aggravée (MRA) à des posologies protectrices ou sous-protectrices chez ces modèles animaux. En outre, des réponses des lymphocytes T CD4 Th1 ont été mesurées chez toutes les espèces animales et une réponse CD8 solide a été mesurée chez la souris.

Ad26.COV2-S de Janssen Cilag 
dès 18 ans 

Autorisée (à durée limitée) en Suisse par Swissmedic :
dès 18 ans : 22 mars 2021
Booster : 27 décembre 2021


Nouveaux principes actifs

Adénovirus humain de sérotype 26* codant pour la glycoprotéine spike du SARS-CoV-2 (Ad26.COV2-S).

* Produit sur la lignée cellulaire PER.C6 TetR et par la technologie de l'ADN recombinant.

Le produit contient des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Excipients

HPBCD (= 2-hydroxypropyl-β-cyclodextrine),

acide citrique monohydraté,

éthanol, acide chlorhydrique,

polysorbate 80,

chlorure de sodium,

hydroxyde de sodium,

citrate trisodique dihydraté,

eau pour préparations injectables.

Teneur en sodium par dose de 0,5 ml: 1,91 mg.

Chaque dose (0,5 ml) contient environ 2 mg d'éthanol.

Suspension incolore à légèrement jaune, limpide à très opalescente (pH 6,0-6,4).

Il s'agit d'un flacon multidose contenant 5 doses de 0,5 ml.

Une dose (0,5 ml) contient une quantité non inférieure à 8,92 log10 d'unités infectieuses (U. Inf.).


Essais cliniques

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04505722
A STUDY OF AD26.COV2.S FOR THE PREVENTION OF SARS-COV-2-MEDIATED COVID-19 IN ADULT PARTICIPANTS
Start date: 10 August 2020
End date: 2 January 2023


Données précliniques

Les données précliniques issues des études conventionnelles de toxicologie (en administration répétée) et de tolérance locale, et des fonctions de la reproduction et du développement n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Génotoxicité

COVID-19 Vaccine Janssen n'a pas été évalué pour son potentiel génotoxique. Il n'est pas attendu que les composants du vaccin présentent un potentiel génotoxique.

Carcinogénicité

COVID-19 Vaccine Janssen n'a pas été évalué pour son potentiel cancérogène. Il n'est pas attendu que les composants du vaccin présentent un potentiel cancérogène.

Toxicité sur la reproduction et la fertilité

La toxicité sur la reproduction et la fertilité des femelles a été évaluée au cours d'une étude combinée portant sur le développement embryo-fœtal et pré- et postnatal chez le lapin. Dans cette étude, une première vaccination par COVID-19 Vaccine Janssen a été administrée par voie intramusculaire à des lapines 7 jours avant accouplement, à une dose équivalant à 2 fois la dose recommandée chez l'homme, suivie de deux vaccinations à la même dose pendant la période de gestation (c.-à-d. aux jours 6 et 20 de la gestation). Il n'y a eu aucun effet lié au vaccin sur la fertilité des femelles, la gestation, ni sur le développement embryo-fœtal ou celui de la progéniture. Les mères ainsi que leurs fœtus et leur progéniture ont présenté des titres d'anticorps spécifiques à la protéine S du SARS-CoV-2, indiquant que les anticorps maternels ont été transférés aux fœtus au cours de la gestation. Il n'y a pas de donnée disponible concernant l'excrétion de COVID-19 Vaccine Janssen dans le lait maternel.

De plus, une étude conventionnelle de toxicité (en administration répétée) conduite chez le lapin avec COVID-19 Vaccine Janssen n'a pas révélé d'effet sur les organes sexuels mâles qui altérerait la fertilité des mâles.

Nuvaxovid NVX-CoV2373 de Novavax / Future Health Pharma GmbH
dès 18 ans 

Autorisée (à durée limitée) en Suisse par Swissmedic :
dès 18 ans : 12 avril 2022


Composition et principes actifs

Une dose (0,5 ml) contient 5 microgrammes de la protéine* Spike de SARS-CoV-2 et un adjuvant breveté Matrix-M™.

* produite par une technologie d’ADN recombinant (OGM) utilisant un système d’expression du baculovirus dans une lignée cellulaire d’insecte issue de cellules Sf9 de l’espèce Spodoptera frugiperda.

Excipients

Hydrogénophosphate disodique heptahydraté,

dihydrogénophosphate sodique monohydraté,

chlorure de sodium,

polysorbate 80,

hydroxyde de sodium (pour l’ajustement du pH),

acide chlorhydrique (pour l’ajustement du pH),

eau pour préparations injectables

Adjuvant Matrix-M™ 

Contenu de l’adjuvant Matrix-M dans chaque dose de 0,5 ml : fraction A (42,5 microgrammes) et fraction C (7,5 microgrammes) d’extrait de Quillaja Saponaria Molina.

Cholestérol,

phosphatidylcholine (dont all-rac-α-tocophérol),

eau pour préparations injectables.

Une dose de 0,5 ml contient 4 mg de sodium et 0,003 mg de potassium.


Essais cliniques

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04583995
A Phase 3, Randomised, Observer-Blinded, Placebo-Controlled Trial to Evaluate the Efficacy and Safety of a SARS-CoV-2 Recombinant Spike Protein Nanoparticle Vaccine (SARS-CoV-2 rS) With Matrix-M1™ Adjuvant in Adult Participants 18-84 Years of Age in the United Kingdom
Start date: 28 November 2020
End date: 28 January 2023


Données précliniques

En raison de données cliniques incomplètes au moment de l’examen de la demande d’autorisation de mise sur le marché, le médicament Nuvaxovid est autorisé pour une durée limitée (art. 9a LPTh). L’autorisation à durée limitée est impérativement liée à la satisfaction de charges en temps opportun. Une fois ces charges satisfaites, l’autorisation à durée limitée pourra être transformée en autorisation ordinaire.

Génotoxicité

Des études de génotoxicité in vitro ont été menées avec l’adjuvant Matrix-M. Il a été démontré que l’adjuvant est non génotoxique.

Carcinogénicité

Aucune étude de carcinogénicité n’a été réalisée. Aucune carcinogénicité n’est anticipée.

Toxicité sur la reproduction et la fertilité

Les données non-cliniques issues des études conventionnelles de toxicologie en administration répétée, de tolérance locale et de toxicologie sur la reproduction et le développement n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Une étude de toxicologie sur le développement et la reproduction a été menée chez des rats femelles ayant reçu quatre doses intramusculaires (deux avant l’accouplement ; deux au cours de la gestation) de 5 microgrammes de protéine S recombinante de SARS-CoV-2 (environ 200 fois plus que la dose humaine de 5 microgrammes sur une base ajustée selon le poids) avec 10 microgrammes d’adjuvant Matrix-M (environ 40 fois plus que la dose humaine de 50 microgrammes sur une base ajustée selon le poids). Aucun effet indésirable lié au vaccin n’a été observé sur la fertilité, la grossesse, l’allaitement ou le développement de l’embryon ou du fœtus et de la progéniture jusqu’au Jour 21 post-natal.